BRGM : Depuis 60 ans, innover pour être au cœur des enjeux de demain

Créé le 23 octobre 1959 par fusion de plusieurs établissements géologiques et miniers français, le Bureau de recherches géologiques et minières est aujourd’hui l’un des plus grands acteurs mondiaux dans la connaissance et la maitrise du sous-sol. L’expertise du BRGM répond à des besoins identifiés, tels que la caractérisation des métaux stratégiques à la demande des autorités françaises et européennes, le développement de la géothermie ou encore la modélisation de l’espace souterrain pour prévenir les risques naturels ou anthropiques. À l’aune de phénomènes comme la densification de population ou le développement de nouvelles énergies, le sous-sol pourrait voir son rôle renforcé dans les décennies qui viennent.

En 2019, l’établissement a fait évoluer son organisation pour mieux anticiper les nouveaux défis. Le BRGM porte ses efforts sur six enjeux majeurs : la gestion des eaux souterraines, la géologie et la connaissance du sous-sol, l’utilisation de l’espace souterrain dans le cadre de la transition énergétique, les risques et l’aménagement du territoire, les ressources minérales et l’économie circulaire, les données et services numériques.

Développement dans ses coeurs de métier

Service géologique national, le BRGM oriente son action vers la recherche scientifique, l’appui aux politiques publiques et la coopération internationale. En tant qu’Institut Carnot, il mène des actions de recherche contractuelle avec des filières industrielles et des entreprises de toutes tailles. Situé à Orléans-La Source, le siège du BRGM accueille des laboratoires permettant une analyse transversale complète du sol et du sous-sol. Les équipes du centre technique viennent en soutien aux directions régionales, fréquemment appelées par les autorités pour gérer les risques. Le BRGM dispose également d’un vaste réseau international, qui en fait l’un des principaux acteurs mondiaux dans l’expertise géologique. Avec ses deux filiales, Iris Instruments et CFG, il dispose également d’une capacité en propre pour le développement d’instruments géophysiques et la maitrise d’oeuvre géothermique.

Le BRGM poursuit son déploiement dans ses coeurs de métier. Ses laboratoires sont ainsi en cours d’agrandissement pour accueillir une halle-pilote inédite pour l’étude du transport des polluants dans le sous-sol. Par ailleurs, le programme dit de Référentiel géologique de la France ambitionne de couvrir l’ensemble du territoire national d’une vision en trois dimensions de son sous-sol sur une profondeur d’environ 3 kilomètres. Autre projet en cours de développement, la constitution d’une météo des nappes afin de prévoir le niveau des réserves d’eau souterraine à 6 mois.

En 2018, le BRGM employait 1061 personnes et son activité s’élevait à 135,8 millions d’euros.